Synthèse vulgarisée du projet INTERACT

Interactions entre humains et dauphins sur le littoral méditerranéen français (INTERACT)

Copyright : Léa David  EcoOcéan Institut

Copyright : Souffleurs d'Ecume

Le Grand dauphin, emblématique et médiatique, est la seule espèce de cétacé côtière en Méditerranée nord-occidentale. Elle se trouve ainsi très régulièrement au contact des humains. En parallèle d’une présence marquée et croissante du Grand dauphin, le littoral et la zone côtière sont des espaces de plus en plus utilisés par les humains, que ce soit dans le cadre des activités maritimes professionnelles (photo  : des grands dauphins suivant un chalutier) ou celui du sport et des loisirs (photo : observation de cétacés).

Financé par la Fondation de France et porté par un collectif interdisciplinaire de scientifiques spécialistes des sciences naturelles et des sciences sociales, le projet Interact (2017-2019) a permis d’appréhender et de caractériser les interactions entre le Grand dauphin et les activités humaines le long du littoral, dans la zone Liguro-provençale et celle du Golfe du Lion.

En cumulant les activités professionnelles (chalutiers, bateaux de pêche à engins dormants, observation des cétacés) et de loisirs (voiliers, jet-skis, bateaux à moteur), nous montrons que les côtes continentales françaises de Méditerranée sont fréquentées toute l’année par le Grand dauphin et les activités humaines. Ces activités sont différentes entre le Golfe du Lion (majoritairement les activités de pêche) et les côtes provençales (majoritairement les activités de loisir et d’observation des cétacés - figure ci-dessous), mais sont toutes réparties sur les zones de présence des Grands dauphins : en période estivale, les zones d’interaction potentielles dans le Golfe du Lion représentent 95% de la surface occupée par le Grand dauphin ; en Provence, elles représentent 98% de la surface occupée par cette espèce.  

L’analyse des blessures anthropiques sur les cadavres de Grands dauphins échoués sur le littoral permet d’apporter un éclairage supplémentaire sur ces interactions. Les données d’échouages sur la période 1993-2018 ont montré que 30% des Grands dauphins échoués présentent des blessures liées aux activités humaines le long du littoral continental méditerranéen français. L’enchevêtrement dans des engins de pêche est à l’origine de la majorité (98%) de ces blessures.

Nous avons organisé les Rencontres Humains & Cétacés pour diffuser au grand public et discuter les résultats du projet Interact avec les acteurs concernés par les interactions entre les activités humaines et le Grand dauphin ; on peut retrouver les vidéos des interventions sur YouTube via https://bit.ly/3aTTmF1.

Lettre d'information

 

kisspng-facebook-logo-computer-icons-clip-art-clipart-png-collection-facebook-logo-5ab03659b64db0.0700482015214976897467.png  5a3735562cad83.479171571513567574183.png   kisspng-social-media-computer-icons-tulane-university-face-drawing-vector-twitter-5ab02d6b50a397.8866567515214954033303.png